Tuesday, December 25, 2007

Merry Christmas and Happy New Year

Just read the title that says it all. Just kidding. Speaking about what was at the centre of the discussions on this blog, I just hope that this year has been very amazing for both you, dear readers, and I. Let's just hope that the better things are awaiting us and our life be filled with enjoyable laughter.

Yours friendly,

Anh Khoi Do

Saturday, December 22, 2007

An Unconvincing Conversion

Up until yesterday, Justin Trudeau has always upheld that Quebec doesn't need to be recognized "as a distinct society in the Constitution or [...] as a nation". Obviously, while he said that Quebec is a "nation", Trudeau still looks unconvincing.


Justin Trudeau's new declaration implies that he now understands the legitimacy of nationalism in this society. However, nobody will be convinced of such a radical change of stance.

As someone who blindly defends his late father's legacy, Justin Trudeau never showed any sympathy for the concept of nationalism. In fact, it's hard to believe him, because he has always accused nationalists (Canadian and Quebecker, as well) of displaying a "smallness of thoughts". In short, insulting people who are advocating nationalism is Justin Trudeau's favourite sport.

In the end, it is Trudeau who displays a "smallness of thoughts", because he believes that nationalism is inextricably related to racism in all circumstances. What a strange way to understand Quebec, and by extension the rest of Canada! The son of former Prime minister Pierre Elliott Trudeau may try to be in touch with reality, but he's just out of sync with it.

Moreover, saying that Quebec is a "nation" won't make Quebeckers like him. Indeed, nobody knows how Trudeau conceives the ideal practise of Canadian federalism. Secondly, he'll never be able to get rid of his image of someone who's closed to any demands from Quebec (if not any other provinces) to practise an asymmetrical federalism.

With that being said, Justin Trudeau just recognizes Quebec as a nation, because he wants to follow the Liberal Party of Canada's (LPC) discipline. That's it. That's all. Since he'll be in the Montrealer riding of Papineau in the next federal election, he probably doesn't want the Quebecker wing of the LPC to kick him out. Of course, such a thing is done, because Trudeau wants to look more presentable to most Quebeckers.

Justin Trudeau may want to change his image, but what makes it even less convincing are two things. First of all, he changed his opinion at the light of the pressure he saw from the LPC's Quebecker wing. Secondly, while he showed his sympathy to the Harper motion during a conference in Toronto, he didn't even want to talk about it to any French-speaking Quebecker journalist.

If Justin Trudeau really wanted to confirm his conversion to this new idea about recognizing Quebec as a "nation", he'd talk to a French-speaking Quebecker journalist. Instead, he gives us the feeling that he has something to hide or he's too ashamed to pander to most Quebeckers. All in all, Trudeau's official message changed, but his inner thoughts probably didn't.

***

Those who know me are aware that I've never been warm to the idea of recognizing Quebec as a "nation", even "within an united Canada". However, I'll do my best to tolerate the Harper motion just the same way former American president Dwight Eisenhower (who was quite pro-business) tolerated the New Deal policies.

Saturday, December 15, 2007

An Illogic and Incomplete Bill

Before the publication of Bouchard-Taylor Commission's report in March, Culture minister Christine St-Pierre proposed a bill to modify the Quebec Charter of Human Rights and Freedoms. According to the Bill 63, the equality between men and women must prevail especially when considering to make a religious accommodation.

The third paragraph of the Quebec Charter would be amended in order to be read like this: "[...] respect for the dignity of human beings, equality of women and men, and recognition of their rights and freedoms constitute the foundation of justice, liberty and peace." At the first look, this should really give more manoeuvre to Quebec's government in religious accommodations.

Indeed, many Quebeckers should be elated, because women's rights can no longer be mocked as we saw it many months ago. For instance, a female constable should have the rights to call out a Hasidim Jewish man. Should this bill be adopted, a religious accommodation can only be made only if it doesn't take out any right from the majority or women.

While looking at the present state of the Quebec Charter, Mrs. St-Pierre's Bill 63 gives even more clarity to our Charter. However, despite being fraught with good intentions toward women, the bill doesn't go far enough.

In fact, it doesn't propose anything to cancel once and for all religious accommodations granted under Quebec's jurisdiction. Above all, Quebec's Premier Jean Charest stubbornly shows to the population that he doesn't understand something: Quebeckers will never unanimously embrace religious accommodations.

The point here is not to say that the bill should never have been proposed. Evidently, St-Pierre should have proposed the amendment of the Quebec Charter's article 10. Of course, this amendment of the article 10 should propose the National Assembly to take out religion as a motive for claiming a "reasonable accommodation".

In short, over the past few months, most Quebeckers have not only been infuriated by the infringements to equality between men and women, but also against the total absence of separation between the state and the church. As long as religion is a motive to claim a "reasonable accommodation", it will always force the Quebec government to position itself in favour of religions.

In a nutshell, this society will never be secular if religion is kept in politics. Unfortunately, shame must be on Jean Charest because he doesn't understand that. Strange though it might sound, Charest will never admit that he's in favour of religions accommodations. No wonder why the Liberal Party of Quebec is falling low in public opinion.

Wednesday, December 12, 2007

Mon témoignage à la Commission Bouchard-Taylor

Mardi, le 11 décembre 2007. Palais des Congrès, Montréal (Qc). Canada

Je sais très bien que mes propos risquent de déplaire à bien des gens. D’entrée de jeu, je défends la laïcité intégrale parce qu’elle me semble nécessaire à notre société. La liberté religieuse doit être préservée, mais elle ne peut pas être absolue.

Étant une prime en faveur des religions, les accommodements religieux lient l’État aux religions. Logiquement, si l’État délibère au nom de tous les citoyens, aucune foi ne peut être favorisée. Pour moi, l’égalité devant la loi existe réellement lorsqu’il n’y a pas de distinction d’appartenance ethnique, de couleur ou de religion, car les accommodements religieux sont rien de moins qu’une dérogation au principe de la neutralité d’État. C’est pour cela que les symboles religieux doivent sortir des lieux publics.

Laïciser cette société amoindrira nos divisions sociales. Dans le fond, on a beau vouloir améliorer les accommodements religieux, mais ils ne font que créer de l’incompréhension entre citoyens. En se dotant d’une laïcité, cette société ne se posera plus de questions et les gens ne vivront plus dans la crainte de voir un accommodement créer des mésententes. En plus, au lieu de nous diviser, la laïcité favorisera le vivre ensemble.

Évidemment, la laïcité telle que pratiquée en France ne nuit pas à la pratique religieuse, car son but est de garantir aux citoyens qu’aucune législation émanant de l’Assemblée nationale ne sera teintée d’interprétations religieuses. En plus, la loi française stipule clairement que la pratique religieuse se fait dans les lieux prévus à cet effet. Voilà le compromis que tous doivent accepter quelle que soit leur foi.

En conclusion, ce qui est en cause, ce sont nos lois. Je ne suis pas un étudiant en droit ou en science politique, mais je pense qu’un bon point de départ pour le gouvernement québécois serait de modifier l’article 10 de la Charte québécoise en enlevant la religion comme motif pour un accommodement. De plus, je m’attends à ce que le gouvernement fédéral prenne le taureau par les cornes. Pour résumer ma pensée en une phrase : tout ce que je demande aux religions, c’est qu’elles restent confinées dans leur lieu de culte, dans la tête des gens, à la maison ou dans une école privée à vocation religieuse. Merci.

Tuesday, December 4, 2007

Quebec According to Lucky Luke

The book La belle province is drawn by Hervé Darmenton, aka Achdé, and French imitator Laurent Gerra. It ludicrously talks about Lucky Luke's trip to Contrecoeur, a village of Quebec inhabited by "623 souls". First of all, everything starts with a rodeo contest in the USA.


While being on assignment to track down a criminal named Brad Carpett, Lucky Luke meets named Mario Bombardier who will end up being the winner of the rodeo contest. However, this is the time when Carpett takes the time to elude Lucky Luke and also the time when Jolly Jumper, our hero's horse, falls in love with Bombardier's female horse called Province.

In order to get over Jolly Jumper's sadness, Lucky Luke decides to pay a visit to Mario Bombardier in Quebec. While facing a land where the local customs are different, Lucky Luke has to fight against an American business man who wants to buy the whole village. Above all, Lucky Luke will find out that things are far more complicated than they are in Contrecoeur.

***

Since Morris, the creator of Lucky Luke, died on July 16, 2001, someone really had to resurrect the most famous fictitious cow-boy, but probably not at any price.

Before Lucky Luke begins his visit in Quebec, we readers get to have a quick presentation of what Quebec is almost the same way we were introduced to Astérix's village. Even though Laurent Gerra, the scriptwriter, is funny, he certainly doesn't have Morris's or René Gosciny's (who became the series' script writer after the 10th issue) writing talent. Unfortunately, the presentation of Quebec's history from the time of the French regime to the Union Act (1840) is brimming with pathetic Anglophobic prejudices.

When Gerra describes the Lower Canada Rebellion of 1837-1838, he sees it as an ethnic clash between English and French Canadians. What a joke! Had he made more research, he'd have found that some Anglos supported the Patriots. Indeed, the most famous Anglo Patriots are Wolfred and Robert Nelson, Marcus Child, Ephraim Knight, John Neilson, W.H. Scott and E.B. O'Callaghan. Therefore, the Rebellion was fundamentally against the British crown and not the Canadian Anglos, mind you!

Moreover, Gerra depicts all Canadian Anglos as people who hate French Canadians. That probably explains why he forgot to mention the fact that Louis-Hyppolite Lafontaine and Robert Baldwin led a coalition government in the 1840s, despite the language barriers. Still, talking about the historical inaccuracies will just take the whole day to show that this book is to be taken with a grain of salt.

Hopefully, La belle province manages really well to imitate the series Astérix in terms of humour. Throughout your reading, you'll find many hilarious references to Quebecker and French pop-culture through, for instance, a singer named Miss Céline, a coffin maker called Mr. Rozon (Juste pour mourir) or even Gilles Vigneault! Needless to remind you that the story takes place in the 19th century.

If we don't take in consideration all the incoherences of the storyline (ex: American criminals knowing how to imitate the Quebecker accent?!?!?), La belle province will certainly not honour the name of Morris and René Gosciny. While being a pure product of entertainment, this book makes us anticipate the next issue of Lucky Luke.

Rating: 2/5

Friday, November 30, 2007

La Guerre d'Indochine

Voici la dernière des deux parties d'une vieille recherche que j'ai faite en 2006 sur la Guerre d'Indochine (1946-1954) lorsque j'étudiais au Collège Ahuntsic en sciences humaines. Pour lire la première partie de cette recherche, cliquez ici.

Analyses des enjeux

Comme nous le savons tous, l’Histoire nous donne aussi l’occasion d’apprendre aujourd’hui que tout pays comme la France qui manifestait ostensiblement sa puissance, colonisait des pays quelconques non pas uniquement pour obtenir du prestige sur la scène de la politique internationale, mais aussi pour défendre ces intérêts économiques en contrôlant les leviers politiques, économiques et culturels d’un pays soumis.

Ainsi, d'après Pierre Brocheux, «[l]’Indochine était une colonie d’exploitation et non de peuplement», ce qui veut dire que la France y voyait un potentiel économique dans cette colonie, à l’époque de la colonisation. De plus, Brocheux ajoute qu’à l’exception de l’Algérie, de toutes les colonies, l’Indochine reçut le plus d’investissement qui furent évalués à 6,7 milliards de francs-or en 1940.10

Le flux des investissements métropolitains convergea principalement vers les mines, les plantations d’hévéas, de thé et de café, ainsi que vers certaines industries de transformation : les textiles, les brasseries, les cigarettes, les distilleries, le ciment.11

En Indochine française, des Français riches sont derrières des investissements d’envergure. Ainsi, comme l'écrivait Hugues Tertrais dans l’ouvrage collectif Du conflit d’Indochine aux conflits indochinois, 43% des investissements industriels et miniers sont principalement situés au Nord du Vietnam:

Charbonnages du Tonkin, qui extraient un bon anthracite en bordure de la baie de Ha Long, Cimenterie de Hai Phong, qui avait participé aux travaux de fortification du Tonkin, Cotonnière de Nam Dinh, exerçant plus difficilement son activité au sud (sic) de Hanoï… […] Les investissements en Indochine sont également importants – 34% de l’ensemble – dans les plantations d’hévéa, qui couvrent 100 000 hectares au Viêtnam Sud et […] au Cambodge.12

De plus, Tertrais ajoute que la culture d’hévéa indochinoise a non seulement alimenté les industries françaises du caoutchouc (surtout pour la compagnie Michelin qui a commencé à investir en 1925), mais elle s’est aussi développée depuis le début du 20e siècle. Par contre, la Deuxième Guerre Mondiale (1939-1945) a durement frappé l’industrie de l’hévéa. Ces remarques sur la situation économiques des investissements français portent à penser que la France fut très déterminée à garder ses colonies en Indochine, car elle voulait garder le contrôle sur les ressources naturelles des trois pays qui formaient l’Indochine française, c’est-à-dire le Vietnam, le Cambodge et le Laos. Étant dans une position de domination économique, la colonisatrice européenne peut s’imposer sur le marché du caoutchouc par ses exportations et aussi de l’écoulement du caoutchouc en France qui lui permettaient presque de s’enrichir au su des pays colonisés à une époque où l’automobile occupait énormément de place dans la vie des Occidentaux.

En parlant toujours du caoutchouc et de la culture d’hévéa, Marianne Boucheret, une professeure d’histoire et de géographie au lycée Hector-Berlioz de Vincennes, écrivait que «le caoutchouc fait figure de symbole de la réussite coloniale».13 Non seulement les exportations étaient très grosses, mais la culture de l’hévéa rapportaient beaucoup de dividendes qui «témoignent des succès obtenus par l’hévéaculture dans la péninsule [indochinoise]». Boucheret ajoute aussi que le succès de la culture d’hévéa contribue à «l’arrivée massive de capitaux métropolitains en Indochine, attirés par des taux de profit élevé».

Pour nous permettre de comprendre jusqu’à quel point la France avait tellement besoin des revenus qui viennent de l’exportation du caoutchouc, Boucheret spécifie qu’en 1939, les exportations de caoutchouc en Indochine étaient huit fois plus élevées qu’elles ne l’étaient une quinzaine d’années auparavant. Par conséquent, ajoute cette femme, «cela représente plus du quart de la valeur des exportations totales de la péninsule, contre moins de 5% en 1924».

D'ailleurs, la demande des États-Unis en matière de caoutchouc fut très grande et en perdant l’Indochine, la France perdait une manne très enviable. C’est donc pour cela que par le biais de la Guerre d’Indochine, les Français tenaient tant à protéger leurs intérêts économiques au détriment de l’indépendance des peuples qu’ils colonisaient, comme vous le remarquerez en lisant le prochain paragraphe en retrait qui suit.

L’économie indochinoise était donc coloniale, au sens où elle produisait des matières premières et des denrées agricoles pour l’exportation. Mais celles-ci n’étaient pas exclusivement réservées à la métropole. La France n’a pas arraché l’Indochine à sa matrice extrême orientale : le Japon et la Chine demeurèrent les principaux acheteurs de charbon, et, la plupart du temps, le riz exporté prit le chemin de Hong Kong et de la Chine. Quant aux caoutchouc il était écoulé aux États-Unis.14

D'autre part, le Vietnam était une colonie qui rapportait beaucoup de dividendes aux Français, car il recelait du zinc, du charbon et aussi du tin. Aussi bizarre que cela puisse paraître le Vietnam, en raison de sa population, fournissait aux Français un très bon marché pour la vente de leurs produits manufacturiers. En effet, à partir de 1938, au moins 57% des exportations vietnamiennes étaient contrôlées par des compagnies françaises.15 En gros, si on se fie à ce que bien des historiens ont dit sur l’Indochine, la perte de cette colonie pour les Français signifiait non seulement la perte d’une source de revenus, mais aussi une perte de prestige international.

Pour aller un peu plus loin, on peut lire dans le livre Les mensonges de la Guerre d’Indochine, de Philippe Franchini, que pour la France, le rétablissement de la souveraineté française en passant par le cœur du Vietnam, c’est-à-dire le Tonkin, cette région septentrionale qui est connue comme étant le berceau du peuple vietnamien, avait une importance très capitale.

Aux yeux de la France, la restauration de sa souveraineté serait inachevée, voire désastreuse au regard des autres pays colonisés, et la « libération » de l’Indochine aurait un goût amer d’échec si elle ne concernait pas également le Tonkin et sa capitale Hanoi: le Tonkin, cœur et bastion historique de la nation viêt, que le Viêt-minh a rétabli en tant que tels, et Hanoi, la capitale de l’Indochine française.16

En ce qui concerne les idéologies, l’entrée du monde dans la Guerre Froide a aussi amené la décolonisation dans le monde entier et ce que Franchini a essayé de dire, c’est que pour rétablir la souveraineté française en Indochine, la France devait avant tout plonger dans le cœur du peuple vietnamien, c’est-à-dire dans le Nord, car si on comprend bien ce que Philippe Franchini a écrit, la «libération» de l’Indochine pourrait certainement donner un cri d’indépendance à d’autres pays colonisés qui était sous la botte d’un pays européen quelconque.

En plus, ce «goût amer d’échec», pourrait aussi signifier une perte de prestige international pour la France. Puisque les trois pays de la péninsule indochinoise furent transformés en États communistes, il est complètement inutile de dire que les Français furent présents en Indochine afin de combattre le communisme. Cet inquiétude face au communisme est pourtant très bien exprimée par Jean Chauvel, un représentant de la France à l’Organisation des Nations Unies (ONU), à un représentant américain.

Le temps devrait venir où les États-Unis et la Grande-Bretagne auraient à partager la charge de la France pour barrer la route du Sud au communisme, ou bien la France serait obligée de liquider ses engagements indochinois et d’abandonner l’Indochine à Moscou (capitale de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques).17

En s’aventurant en Indochine pour la dernière fois, les Français ont tenté de chasser le communisme. S’il atteignait le Vietnam, cela risquerait de contaminer, au sens de la métaphore, toute la péninsule indochinoise. De plus, pendant le déroulement de la Guerre d’Indochine, l’humanité était témoin de ce qui a divisé le monde entier en deux blocs idéologiques (capitalistes versus communistes): la Guerre Froide. Donc, tout en demeurant une guerre coloniale, la lutte entre les Français et le Viêt-Minh «est désormais intégrée dans la logique des blocs».18

Stratégies et tactiques

Tout d’abord, commençons par exposer les stratégies et les tactiques déployées par les Viêt-Minh. Lorsque la Guerre d’Indochine éclate en 1946, l’inégalité des forces entre le Corps Expéditionnaire français d’Extrême-Orient (CEFEO) et le Viêt-Minh est très flagrant. Le CEFEO avait à sa disposition du matériel militaire moderne alors que le groupe nationaliste qu’il affrontait ne bénéficiait pas nécessairement de grands moyens. Quoiqu’un fossé, en matière de forces militaires, pouvait être vu entre le Viêt-Minh et les troupes françaises, cela n’a néanmoins aucunement empêché la France d’être matée lors de la guerre révolutionnaire menée par le général Vo Nguyen Giap. Étant techniquement désavantagé, le Viêt-Minh ne pouvaient point s’offrir le luxe d’affronter les Français d’une manière traditionnelle en tout temps.

C’est pourquoi, d'après Dalloz, le Viêt-Minh jouait «la stratégie de l’espace – en s’étendant pour disperser l’effort de l’adversaire -, mais plus encore celle du temps.»19 En effet, en 1947, Truong Chinh, l’un des chefs du communisme vietnamien, conçoit la théorie de la guerre révolutionnaire dans un opuscule intitulé Nous vaincrons certainement de cette manière en trois points:

1) La lutte, essentiellement défensive, s’appuie sur la guérilla; 2) La guerre de mouvement vient s’ajouter à la guérilla; 3) Celle-ci se poursuit, mais le corps de bataille, qui a eu le temps de se constituer progressivement est assez puissant pour passer à la contre-offensive générale, et remporter la victoire sur les colonialistes et leurs «fantoches».20

Bien sûr, faire la guerre en guérilla pour le Viêt-Minh voulait dire qu’il ne fallait pas attaquer les troupes françaises de face, car dans un affrontement à découvert contre le CEFEO, les membres du Viêt-Minh étaient pleinement conscients qu’ils pourraient se faire écraser à plate couture.

Jusqu’en 1949, le Vietminh mène donc des actions de guérilla, dont [le général Vo Nguyen] Giap définit ainsi les principes : «Éviter l’ennemi quand il est fort, l’attaquer quand il est faible […]. Attaquer l’ennemi partout de sorte que, partout, il se trouve submergé par une mer d’hommes armés hostiles afin de miner son moral et d’user ses forces. […] Il est nécessaire de prendre l’anéantissement des forces vives de l’ennemi comme but principal du combat, et de ne jamais, pour la défense ou l’occupation d’un territoire, user les nôtres.»21

Selon Dalloz, afin de bien s’organiser d’un point de vue militaire, les têtes dirigeantes du Viêt-Minh, tels que Hô Chi Minh et Truong Chinh, se sont assurées qu’une structure militaire fut rapidement mise en place afin d’assurer le bon déroulement des activités de guérillas menées par ce groupe qui revendiquait l’indépendance totale du Vietnam.

Les structures militaires du Vietminh ont été rapidement mises en place. Elles reposent sur trois échelons : les milices populaires (au niveau du village) dont l’élite est versée dans les troupes régionales ; puis celles-ci, dont les meilleurs éléments passent dans les troupes régulières; vouées aux grandes opérations, ces dernières sont l’amorce de l’armée populaire du Vietnam. À tous les niveaux, un commissaire politique veille au respect de la ligne définie par le Vietminh.22

Pour le Viêt-Minh, la montagne couverte de forêts tropicales offrait «un cadre particulièrement adapté à la guérilla». Toutefois, contrairement à ce que nous pouvons penser sur le Vietnam (et sur l’Asie en général), ce pays n’est aucunement un pays homogène. En effet, dans la montagne couverte de forêts tropicales se trouvent des minorités ethniques qui ne soutenaient pas le combat d’indépendance du peuple vietnamien.

Pour obtenir leur collaboration, les membres du Viêt-Minh pouvaient parfois utiliser la persuasion, et même parfois la terreur, pour contrôler les villages habités par les minorités ethniques du Vietnam. Vers la fin du conflit indochinois, le Viêt-Minh tenait dans ses mains plus de 5000 villages sur 7000. De plus, Dalloz nous dit aussi que même dans les villes qui avaient l’air d’être bien contrôlées par les Français, la présence du Viêt-Minh lui donnait des occasions en or pour prélever l’impôt révolutionnaire. Bref, pour résumer la stratégie et les tactiques de combat du Viêt-Minh, nous pouvons dire que leur but consistait à être «partout et nulle part, se fond[re] dans la population, disparaît[re] subitement dans la nature, voire dans le sol.»

De toute évidence, pour s’assurer que les membres du Viêt-Minh ne se trouvaient point près d’eux, les Français «lèvent des supplétifs, installent des postes ici ou là pour encadrer la population et l’empêcher de tomber sous l’emprise vietminh.»22 Malgré cela, la présence française est plutôt molle et durant la nuit, les membres du Viêt-Minh font sentir leur présence.

Dalloz écrit qu’en général, les membres du Viêt-Minh sont au courant des mouvements des troupes françaises même avant que celles-ci décident de passer à l’action. Les membres du Viêt-Minh pouvaient prévoir sans aucune difficulté «les mouvements du corps expéditionnaire, tributaire de sa lourde logistique, [car il était] espionné par toute une population (celle du Vietnam).» Bref, pour connaître les conditions générales de la progression du conflit qui opposait les Français au Viêt-Minh, il suffisait de lire les journaux. Dalloz écrit que cela poussera un dirigeant du Viêt-Minh à dire que le corps expéditionnaire français est «aveugle» (il ne voit pas l’adversaire), «sourd» (il n’est pas renseigné) et «boiteux» (ses communications sont difficiles).

Dans ses mémoires sur la Guerre d’Indochine, le général Vo Nguyen Giap décrit ce duel entre les Français et le Viêt-Minh comme étant «une guerre sans front ni objectifs fixes, avec des vagues d’attaque imprévues, venant de directions jugées sans risque par l’ennemi» et il ajoute aussi que «la guérilla de mouvement dans notre résistance différait de beaucoup de la guerre de mouvement d’envergure des temps modernes.»

[…] nous avions remporté des succès éclatants […] à l’issue de combats nocturnes dans les zones montagneuses et boisées. En effet, ces dernières offraient des conditions propices à la progression de nos troupes qui cernaient l’ennemi (les troupes françaises) avant que celui-ci ne les repère et n’utilise ses armes. […] Durant plusieurs années sur les terrains découverts, nos hommes n’engageaient que de petits combats à condition de prendre l’ennemi par surprise rapidement pour aussitôt se replier. Il fallut attendre Diên Biên Phu pour assister au déploiement de grandes unités combattantes, durant des jours et des nuits, basé sur des points d’attaque et l’encerclement, un système d’abris et de
boyaux.23

Même si la Chine n’était pas présente dans les affrontements, nos doutes au sujet de son implication se confirment. En effet, beaucoup de membres du Viêt-Minh ont été formés dans l’art de la guérilla dans le Sud de la Chine.24 Bien sûr, revenir au Vietnam n’était point difficile pour les membres du Viêt-Minh, car la défaite française à Cao Bang (près de la frontière chinoise) en octobre 1950 leur a permis de contrôler cette zone.

Les Français ont tenté par tous les moyens de mater le mouvement nationaliste qui revendiquait l’indépendance totale du Vietnam en exerçant un effort de contre-guérilla qui se soldera par un échec. Yves Gras, un général qui était en service durant la guerre, avait écrit que pour «pacifier» la Cochinchine (le Sud du Vietnam), le général Valluy, le commandant en chef, avait configuré les troupes du général Nyo à près de 40% des forces du corps expéditionnaire: 23 de ses 69 bataillons d’infanterie, 9 groupes d’artillerie et 5 escadrons de cavalerie, soit 38 000 hommes, auxquels s’ajoutaient les 6000 hommes de la garde cochinchinoise et la totalité des partisans soit environ 10 000.25

Cependant, Gras indique que le général Nyo ne pouvait pas avoir une grande marge de manœuvre, car le pouvoir politique, c’est-à-dire les ordres, demeurait dans les mains du commissaire de la République française. Donc, le général Nyo n’avait aucune délégation. De prime abord, cela rendait les communications difficiles. Les agitations étaient beaucoup plus fortes dans la ville de Saigon, mais le général Nyo s’est fait imposer la zone ouest de la Cochinchine «pour des raisons surtout économiques, mais aussi de politique locale», car cette partie de la Cochinchine était la région des grands domaines rizicoles. Pour le général Nyo, il fallait à tout prix concentrer les troupes dans le centre de la Cochinchine, c’est-à-dire dans la ville de Saigon, car cette ville, selon Gras, était une des principales zones de refuges du Viêt-Minh et les habitants de la ville de Saigon était vraiment troublés par des actes de terrorisme que revendiquait le Viêt-Minh. Pour cet ancien général de l’armée française, la principale faiblesse des troupes françaises pouvait être décrite de cette manière:

La principale faiblesse des troupes françaises venait de leur dispersion. De nombreuses missions de sécurité détournaient la plupart d’entre elles de la «chasse à l’ennemi». Elles avaient à protéger, outre leurs propres bases, les axes de communication, les installations économiques, notamment les plantations d’hévéas, et la population des campagnes.26

L’auteur du livre Histoire de la Guerre d’Indochine précise davantage ses explications que ces stratégies et tactiques rendaient les hommes des troupes françaises immobiles. Donc, cela avantageait considérablement le Viêt-Minh en termes de forces mobiles, car il pouvait saisir l’occasion «de se concentrer au moment et à l’endroit où il le voulait.» Une autre chose importante à mentionner: la difficulté de la guerre, pour les Français, était accrue par l’impossibilité de distinguer un Vietnamien ordinaire d’un guérillero.

Finalement, la bataille de Diên Biên Phu a violemment mis un terme à la domination française sur l’Indochine. Selon Laurent Henninger, un chargé de mission au Centre d’études d’histoire de la défense de la France, l’installation de sept campements portant un nom de code (Huguette, Lilie, Claudine, Éliane, Dominique) permettait au corps expéditionnaire français de garder un contrôle sur «la route qui relie Hanoi au Laos et […] de saisir cette plaine coupée d’une rivière et entourée de collines formant comme un immense stade.»27 D’ailleurs, pour l’État-major français, Diên Biên Phu devait être utilisé comme un point de fixation pour attirer le Viêt-Minh, un adversaire insaisissable, dans une bataille rangée. Le 7 mai 1954, après deux mois de résistance acharnée, la base de Diên Biên Phu tombe. Les 11 000 soldats français capitulent devant les 50 000 hommes que le général Vo Nguyen Giap avait rassemblés autour de la «cuvette» qu’était Diên Biên Phu. Du même coup, ces soldats français avaient été «pilonnés par une artillerie puissante»28 d'origine chinoise que Giap voulait voir installée sur les montagnes de Diên Biên Phu afin de bombarder à sa guise les bases militaires françaises. D’ailleurs, selon Henninger, «nul ne pouvait prévoir que le général Giap concentrerait autant d’artillerie sur des collines aussi escarpées et recouvertes de jungle.»29 La France avait demandé à son allié, les États-Unis, d’autoriser une intervention aérienne pour sauver le camp retranché, mais le président Dwight Eisenhower, qui craignait une montée de violence, avait refusé. En plus, aussi étrange que cela puisse paraître, la conférence de Genève consacrée au règlement de la question indochinoise s’ouvra le lendemain de la chute de Diên Biên Phu.30

Conclusion générale

Pierre Mendès France, le Premier ministre de la République française, conclut la conférence de Genève le 21 juillet 1954 et ces accords, selon Dalloz, n’ont point donné «une issue définitive au problème vietnamien, mais permettent à la France de s’en dégager.»31 En vertu de ces accords, le Vietnam sera divisé en deux parties à partir du 17e parallèle: au Nord, la République démocratique du Vietnam (communiste), au Sud se trouvera un Vietnam pro-occidental. Par la suite, l’indépendance du Vietnam (divisé en deux parties), du Laos et du Cambodge est reconnue. Selon les accords de Genève, des élections devront être tenues dans les deux ans afin d’unifier le Vietnam. Toutefois, Dalloz dit qu’en refusant la tenue d’élections générales, le gouvernement sud-vietnamien déclenchera la Guerre du Vietnam, car il croyait que le communisme allait s’établir en Asie du Sud-Est. À partir de 1964, les États-Unis soutiendront massivement, d’un point de vue militaire, le gouvernement sud-vietnamien et cela plongera le Vietnam dans une autre guerre.

______________

10. [s.a]. «L’Indochine aux temps des Français», L'Histoire, no. 203, (octobre 1996), p. 28

11. Ibid., p. 28

12. Hugues Tertrais. «Les intérêts français en Indochine entre 1954 et 1975», dans Du conflit d’Indochine aux conflits indochinois, sous la direction de Pierre Brocheux, Paris, Éditions complexe, 2000, p. 38-39

13. [s.a]. «L’Indochine aux temps des Français», L'Histoire, no. 203, (octobre 1996), p. 39

14. Ibid., p. 29

15. Spartacus. «Vietnam War Overview», (page consultée le 13 avril 2006)

16. Philippe Franchini. Les mensonges de la guerre d’Indochine, Paris, Perrin, 2005, p. 142

17. [s.a]. «L’Indochine aux temps des Français», L'Histoire, no. 203, (octobre 1996), p. 41

18. Ibid., p. 42

19. Ibid., p. 40

20. Ibid., p. 40

21. Ibid., p. 40

22. Ibid., p. 40

23. Vo Nguyen Giap. Mémoires - 1946-1954, tome 1 «La résistance encerclée», Paris, Éditions Anako, coll. «Grands Témoins», 2003, p. 197

24. [s.a]. «L’Indochine aux temps des Français», L'Histoire, no. 203, (octobre 1996), p. 41

25. Yves Gras. Histoire de la guerre d’Indochine, Saint-Amand-Montrond, Denoël, coll. «Destins croisés», 1992, p. 177

26. Ibid., p. 178

27. Laurent Henninger. «Dien Bien Phu: Qu’allaient-ils faire dans cette “cuvette”?», L'Histoire, no. 287, (mai 2004), p. 30

28. [s.a]. «L’Indochine aux temps des Français», L'Histoire, no. 203, (octobre 1996), p. 44

29. Laurent Henninger. Loc. Cit., p. 30

30. [s.a]. «L’Indochine aux temps des Français», L'Histoire, no. 203, (octobre 1996), p. 45

31. Ibid., p. 45

Wednesday, November 28, 2007

Exhibition of Ignorance

We've heard some French Quebeckers express racist remarks at the Bouchard-Taylor Commission's hearings. Now, we hear other Quebeckers being so proud of their ignorance without looking racist! Indeed, it's about time that someone tells them that the Christmas tree is not a Christian symbol.


A Sikh man said that no preferential treatment should be made in terms of religious accommodations. He supported his lame argument by suggesting that all religions must be treated equally, because we let the Christmas tree being shown in public places. Most of all, he upheld that the Christmas tree is a Christian symbol.

Either this man is a chronic moron or an innocent ignorant.

Needless to remind you that in France, a country that forbids the display of religious symbols in public places, the Christmas tree can be put in public places. Some will say that this is a preferential treatment to Christianity. However, if it can be put in public places in France, it's because the Christmas tree is not a religious symbol at all.

Its worship was part of ancient (and also different) Egyptian, Chinese, Roman and Hebrew customs. Besides, the worship of the evergreen tree (which went on to be known as the modern Christmas tree) was commonly spread in pagan European cultural habits. By the way, this pagan European custom was born in Western Germany.

Obviously, back in the Middle Age, the evergreen tree was integrated to a Christian custom known as "Christmas". However, it has never been recognized by the Pope as something Christian, because of its strange mysticism. At that time, some Europeans thought that a Christmas tree was a way to scare evil spirits, because they didn't see any way proposed by Christianity.

Besides, the art of decorating a Christmas tree is also a pagan habit. In a region of today's Turkey, it was a way to revere a Phrygian semi-deity known as Attis. Indeed, according to a legend, he was reborn as an... evergreen tree.

If that Sikh man (along with his friends) had taken more English lessons, they would know that the word "pagan" means that it is heathen. Too complicated is the previous word? To make it simple, let's say that if the Christmas tree is a pagan symbol, then it means that it doesn't belong to any religions.

It's hard to comprehend why a Christmas tree was taken out of Toronto's city hall last year. For the sake of common sense, let's stop calling it "harmony tree", "friendship tree" or even "holiday tree". The Christmas tree has never been a Christian symbol. Despite being integrated in Christmas festivities, Christmas just no longer has any religious meaning to most of Canadians.

As a matter of fact, any religious minorities should know that most of us don't celebrate the birth of Jesus on the 25th of December. If the Christmas tree could talk, it would be glad to hear that it is an universal symbol of worldwide happiness. The moral of this post is that "when in Rome, do as the Romans do."

Saturday, November 24, 2007

Les Français et l'Indochine

Chers voyageurs de la blogosphère, j'ai l'honneur de publier la première des deux parties d'une vieille recherche que j'ai faite dans le cadre du cours d'actualité politique internationale (cours de deuxième session) lorsque j'étudiais en sciences humaines au Collège Ahuntsic en 2006. Je ne vous souhaiterai pas bon cinéma, mais bien une bonne lecture!

______________

Introduction générale:

Alors qu’elle n’a pas su garder la majorité de ses colonies nord-américaines à force d'essuyer des défaites contre la Grande-Bretagne, la France s’est tournée vers l’Afrique et aussi l'Asie en colonisant le Cambodge, le Laos et le Vietnam pour former l'Indochine française. Vers la fin de l'époque coloniale, les Français et les Viêt-Minhs (un groupe nationaliste crée par Hô Chi Minh) laisseront à l'attention de la muse Clio la Guerre d'Indochine (1946-1954), la guerre d'indépendance du Vietnam.

Mise en contexte historique:

Après avoir pris le contrôle du Cambodge et du Laos, la France se lancera dans l’aventure de la colonisation du Vietnam entre 1859 et 1883. Ensuite, le Vietnam sera intégré à l’Union indochinoise en 1887. Au fur et à mesure que le temps avança, quelques Vietnamiens collaboreront avec les colonisateurs français dans le contrôle de l’Indochine française, alors que d’autres se questionneront sur le droit des Français de les dominer.

Plusieurs années plus tard, avant que n’éclate la guerre qui opposera les nationalistes vietnamiens aux Français, l’Indochine française sera envahie en 1940 par le Japon, un pays qu'Alain Ruscio qualifie comme étant le «champion de la cause jaune contre la domination européenne».1 De plus, Ruscio ajoute que le général Georges Catroux, le Gouverneur général de l’Indochine française, s’est fait demander par les autorités japonaises «le libre passage pour leurs troupes à travers le Tonkin». Évidemment, Arsène Henry, l’ambassadeur français au Japon, signera un accord de principe qui reconnaît «les intérêts dominants du Japon en Extrême-Orient dans le domaine économique comme dans le domaine politique»,2 car étant conscients que leur pays était déjà occupé par les Allemands, les Français ont jugé que mieux valait se rendre en Indochine française plutôt que de lutter contre l'armée japonaise.

Plus tard, Hô Chi Minh, un nationaliste vietnamien fortement recherché par les autorités coloniales françaises à l’époque, créera le Viêt-Minh, une formation politique vietnamienne qui est le résultat de la réunion du Parti communiste indochinois (fondé en 1930) et d’éléments nationalistes. Afin de lutter contre les Japonais, les Soviétiques donnèrent des armes au Viêt-Minh et les États-Unis feront la même chose après le bombardement de leur base navale de Pearl Harbor. Cependant, lorsque les Japonais furent vaincus, des chefs d’État, tels que Franklin D. Roosevelt, Joseph Staline et Winston Churchill, se réunirent à la Conférence de Postdam en 1945. Selon la conférence, le Vietnam sera divisé en deux parties pour attendre le retour des Français en Indochine française: les Chinois surveilleront le Nord et les Britanniques, le Sud.3

Les Français tentèrent de reprendre le contrôle de l’Indochine française après la Deuxième Guerre Mondiale (1939-1945) à une époque où d’autres puissances coloniales se préparaient à libérer leurs colonies asiatiques (Inde et Birmanie pour la Grande-Bretagne, Indonésie pour les Pays-Bas), écrit l’historien Joseph Savès.4

En 1946, au mois de janvier, les troupes britanniques acceptèrent de sortir du Vietnam et les Chinois quittèrent le Nord du pays en se faisant promettre par les Français la rétrocession de territoires appartenant à la Chine.

Configuration des forces en présence:

La Guerre d’Indochine met en vedette deux protagonistes: la France et le Viêt-Minh, un groupe indépendantiste qui a été créé par Hô Chi Minh, un communiste vietnamien. Bien que la France et le Viêt-Minh furent les deux camps antagonistes qui se sont affrontés sur l’échiquier, nous ne devons toutefois pas omettre certains détails très intéressants sur l’identité des pays qui secondaient chaque côté.

D'après Jacques Dalloz, un maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris, le Viêt-Minh était techniquement secondé par la Chine, un pays qui est devenu une république communiste dirigée par Mao Tse-Tung en 1949, et de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS).5 Pour ce qui est des Français, eux, ils étaient secondés par les États-Unis d’une manière financière.

Pour ce qui est des têtes dirigeantes, du côté du Viêt-Minh, Hô Chi Minh était le chef de ce groupe nationaliste qui revendique l’indépendance du Vietnam, alors que la branche armée fut dirigée par le jeune général Vô Nguyen Giap, un licencié en droit et économie politique qui fut professeur d’histoire au lycée privé Thang Long à Hanoi jusqu’en 1940. Bien sûr, à l’exception du général Vô Nguyen Giap, il y avait aussi d’autres personnes dans l’organisation militaire du Viêt-Minh qui étaient responsables des activités militaires.

Du côté des Français, dès le début de la Guerre d’Indochine, le président français Charles de Gaulle nomma le général Leclerc (de son vrai nom Philippe de Hautecloque) au poste de commandant des troupes françaises en Indochine. Quant à l’amiral Thierry d’Argenlieu, il sera haut commissaire en Indochine ainsi que supérieur du général Leclerc avant d’être limogé en mars 1947.6 Plus tard, au mois de mai 1953, le président du Conseil «René Mayer […] nomme le général [Henri] Navarre à la tête de l’armée d’Indochine».7 Une fois à la tête du commandement des forces de l’Union française, Navarre dresse un tableau qui lui indique que le nombre de soldats français dépasse celui du Viêt-Minh: 450 000 hommes contre 400 000).8 Cependant, il ne faut pas oublier qu’en plus de se fier à leurs membres, le Viêt-Minh prend aussi les moyens pour faire participer toute la population du Vietnam à la Guerre d’Indochine et par conséquent, leur nombre augmente considérablement.

______________



3. Spartacus. «Vietnam War Overview», (page consultée le 13 avril 2006)







Friday, November 23, 2007

My Fields of Interest In History

The Car of History (1819), by Carlo Franzoni
Most of my close friends have always known that I'm an enthusiastic of History. You guys probably foresaw many years ago that I'll study History in university. Now, it's about time that I show you my fields of interest in History (what I like and want to learn about). Of course, I'm particularly interested in Canadian History, but here are my dominants interests.

1. Canadian History:
  • Quebecker and English Canadian nationalism.
  • Anti-British rebellions in Upper and Lower Canada (1837-1840).
  • Imprisonment of intellectuals and journalists.
  • Canadian feminism.
  • Ethnic tensions between whites and "visible minorities".
  • Racial/ethnic segregation.
  • Intellectual literature and debates (related to politics).
  • Far-right politicians, thinkers and organizations.
  • Myths and lies in the teaching of History.
  • The Seven Years' War (1756-1763).
  • People's life during the Second World War (1939-1945).
  • The conscription crisis (1917).
  • Slavery (1605-1834).
  • Political history from the 1940s to nowadays.
  • English Canadian culture.
  • Socialism in Canada.


2. American History:
  • American war of independence (1776-1783).
  • Slavery (1619-1865).
  • Racial segregation.
  • Working classes' activism (19th century to the 1960s).
  • The American Civil War (1861-1865).


3. European History
  • The Age of Enlightenment.
  • The Second World War (1939-1945).
  • The French Revolution (1789).
  • The (gradual) birth of French secularism (1880s to 1905).
  • Communism in the USSR and Eastern European countries.
  • The Armenian genocide (1915-1918).
  • German political and social history (1930-1945).


4. Asian History:
  • The Indochina War (1946-1954).
  • The Korean War (1950-1953).
  • Japanese imperialism (1880s to 1945).
  • The History of samurai.
  • Chinese social and political history (1880s to 1976).

Thursday, November 15, 2007

Secular Country Gone Wild

Religion seems to be stuck on American politics. In the first place, this is not supposed to be the case. With such a belief, most Americans are threatening their formally secular political institutions.


Speaking about religious exhibitionism, think about Keith Ellison who brought a Koran when he was sworn in last January in the House of Representatives. You also probably lost the count on the moments when president George W. Bush said that he's a born-again Christian. Besides, Republican candidate Mitt Romney doesn't hesitate to talk about his Mormon background.

So much noise in the media for laughable things!

Now, we hear about Republican candidate Fred Thompson who received an endorsement from the National Right To Life group two days ago. Obviously, this is due to Thompson's opposition to abortion. However, he doesn't think that the federal government should criminalize abortion. Indeed, Thompson said that it's the States' call.

Regardless of what some American politicians say, the inclusion of religious sentiments (I'm not talking about symbols) shouldn't impair their legislative judgement. If not, it will be a disrespect to the Amendment I of the U.S. Bill of Rights. According to it, the Congress can't make a law with a religious nature.

In the end, talking about one's opposition to abortion is a pure waste of time because of secularism and also because of the Supreme Court's judgement known as Roe vs. Wade.

This should remind us about former American president Thomas Jefferson famous phrase that there should be a "wall of separation" between the state and the church.

Globally speaking, most American citizens don't respect at all the secular nature of their government as American journalist Cathy Young pointed it out. We're not talking here about imposing a religion on people, that is politicians, but rather checking religious piety. All in all, you may have good ideas on public policies, but if you regard religion as a private matter, you're making a career suicide. Indeed, "in a 2000 Pew Research Center poll, 70 percent of Americans said that they wanted a presidential candidate to be religious" (C. Young, 2004).

Strange though it might sound, Americans, in general, cherish their Constitution. However, how many of them fully respect it? Not that much. In fact, the article VI of the U.S. Constitution clearly stipulates that "no religious test shall ever be required as a qualification to any office or public trust under the United States."

With that said, the USA may be a formally and constitutionally a secular country unlike Canada. However, the behaviour of most American citizens constitutes a mockery to the Founding Fathers' heritage. Let's be very clear: a threat to secularism is also a threat to democracy, because religion and patriotism don't go together. The day when a secularist can run in politics without being lambasted is not likely to happen soon in the USA, unfortunately.

Saturday, November 3, 2007

Jack Bauer Is Back

Wow, I've been waiting for this! The seventh season of 24 will be aired shortly. Here's the trailer. Finally, guess what? You'll be surprised to see who the "bad guy" (how can it be possible?) is. For those who have the cable, the first two shows will be aired on January 13. For those who don't know me, did you know that 24 is the only American TV show that I watch?

Thursday, November 1, 2007

Let Koivu Do His Job!

Many Quebeckers want Saku Koivu (photo) to know how to speak French to our media. After all, he is the Montreal Canadiens' captain. Are some Quebeckers asking too much? Definitely, yes.


Historically speaking, most captains in the Habs' history knew how to speak French. Nonetheless, it's not that hard to understand why many Quebeckers are making such a fuss over Koivu's hesitation to speak French before the eyes of Quebecker journalists. After all, he's not the first captain in the franchise's history who couldn't speak French!

However, Quebeckers' desire to see the Montreal Canadiens' captain (whoever it is) speaks French is not quite recent. Indeed, back in the time when Mike Keane was the captain, that is in 1995, he once said that having a good command of the French language is not important at all. What a harsh comment! That probably explains why Keane got replaced in the same year by Pierre Turgeon.

On another note, Bob Gainey, the current general-manager of the franchise, learnt French when he was the team's captain from 1981 to 1989.

Still, far be it from me the idea to say that learning French is unimportant if you're the Habs' captain. In fact, learning French should only be a choice. Moreover, it's pointless to beg a player to learn French when we know that any given player could depart for another team for a plethora of reasons. Make a crisis if you think that the player doesn't play well. That's it. That's all.

Whoever has the "C" letter sewn on his jersey should know that the only thing that matters is his contribution to the team on and, to a lesser extent, off the ice. Obviously, I viscerally think that being able to speak French is not necessarily a guarantee to the Montreal Canadiens' fans that you can lead the team to the playoffs.

For instance, Pierre Dagenais left the Canadiens in 2006 to make a career in Europe. Remember that despite his big shots, he wasn't extremely useful to the Habs if you consider his lack of consistency. Secondly, Mike Ribeiro speaks French, but after one terrific 65-points season in 2003-2004, he was sent to Dallas. Besides, even though Ribeiro was born in Montreal, many white French Quebeckers considered him not as a Quebecker, but as a... Portuguese.

As for Guillaume Latendresse, despite the expectations that we've been seeing for two years, he hasn't been really impressive with his three points after ten games. Furthermore, don't forget that Guy Carbonneau, the Montreal Canadiens' head coach, also said that there are some matches in which Latendresse doesn't manage to shoot at the goal.

As fans, if we were to ask all captains of the Canadiens to speak French, we would certainly deprive our team from the possibility to get outstanding players (who don't necessarily speak French). Needless to remind you that the Montreal Canadiens already has the difficulty to get Quebecker players...

All in all, even though Saku Koivu doesn't speak French, does it mean that he should be traded? The fact is that Koivu is an useful player to the team and as long as he does his job correctly, there's no reason to complain. Besides, learning French should be his choice. Period.

Update (11:10 PM): For those who don't know, Saku Koivu apparently did an effort to speak French at the Bell Centre. Unfortunately, I didn't see it on TV since I don't have the cable.

Wednesday, October 31, 2007

Reading Common Sense Nowadays


Which proud American never heard about a political pamphlet called Common Sense, by Thomas Paine? Without a doubt, this book that I read two months ago certainly has the same importance than the Declaration of Independence in American History. Obviously, Thomas Paine's objective, in 1776, was to promote the independence of the 13 British colonies of North America, eulogize republicanism and logically, decry monarchy. However, two of his wishes were just dreams.


Obviously, we can say straightforwardly that Paine plunges us into many topics in order to have a wide readership, but above all, to convince Americans why it's worth being an independent country. Obviously, he says eloquently that as an independent country, the 13 British colonies can have control over their economy and also their military. In the first place, it wasn't difficult for him to prove that taxation should only be done if it is approved by people who are elected by citizens...

To decry monarchy, Paine upholds that the Bible forbids it. Indeed, when Jews wanted to have a king, Samuel, their leader, was apparently told by God that it won't be tolerated. What is so ludicrous is when Paine says that in Catholic countries, reading the Bible is not encouraged as opposed to Protestant countries. Hence, the Catholics' so-called unconditional support to monarchy, in his own words. Still, how come such a largely Protestant country like Great Britain is still a monarchy?

Despite being interesting, Paine's book suffers from many weakness. For instance, think about the part in which he advocates republicanism. Paine believes that republicanism is the only stable and viable form of government. In fact, he points out that Holland, in the 17th century, never had any problems, unlike monarchies.

Of course, no one can deny that monarchies led to many coups d'État, bloodsheds and violent schemes, according to him. While this is true, Thomas Paine's argumentation definitely suffers from a lack of examples. Thus, he certainly didn't have enough knowledge in History to point out the succession of many dynasties in China's history, the Wars of Roses or Mary Stuart's attempt to unseat her cousin Elizabeth 1rst, the queen of England, in 1567.

So, let's ask ourselves a question: if monarchy means instability, how on earth did Great Britain maintain its monarchy to up until now? Without a doubt, Common Sense presents a very one-sided political analysis.

Nonetheless, with the distance that we can take with the book, we can really wonder if Paine's vision about republicanism is true. We can't blame him for not living long enough to be acknowledged of what happened in many South American countries after they became independent. Obviously, I'm talking about coups d'État that were led by generals who desired power.

Finally, two of Paine's wishes were just dreams. For instance, at this very moment, not all countries are democratic. Secondly, as time went by, we saw that whether a country applies republicanism or monarchy, it is never protected against instability. Even though I believe that Canada should become a republic, I still admit that republicanism has never guarantee stability throughout History. Nonetheless, even though the book lacks depth, it still remains an important part of a jigsaw puzzle that allows us to understand the American Revolution because of Paine's discourse on universal human rights.

Tuesday, October 23, 2007

Mr. Duceppe's Block Thinking

Recently, the Bloc Québécois (BQ) irrelevantly asked the federal government to let Quebec applies Bill 101 to federal institutions located on its territory. Let's not be surprised by such a pathetic publicity stunt from the BQ.

Gilles Duceppe, its leader, argued that under the Canada Labour Code, the paragraph (1)(a) of the article 178 stipulates that a worker's wage should "not [be] less than the minimum hourly rate fixed [...] by or under an Act of the legislature of the province where the employee is usually employed". Hence, the laughable necessity to allow Quebec to make French the only language of communication in federal institutions located on its territory, according to him.

The issue of languages and labour are not to be put in the same basket. After all, the federal government lets the provinces train their respective workforce through professional associations, for instance, by following some basic rules dictated by Ottawa. All in all, the share of power between the two level of governments is relevant in labour, because provinces actually have people who live and/or work within their respective boundaries.

As for languages, things are different.

Obviously, Duceppe has been trying to act as if the use of French in Quebec was seriously threatened. With a small English-speaking population mostly concentrated in Montreal, it's obvious that most Quebeckers already have what they want from our federal institutions: an adequate service in French. So, what's the point to complain? In addition to that, more than 60% of Anglo-Quebeckers are billingual.

Needless to say that all federal civil servants working in Quebec are not trying to impose English. In fact, anyone of them understand the importance to respond in one of Canada's official languages used by a given citizen. Besides, Duceppe's idea violates the Official Languages Act's article 12. Regardless of the province in which you are, this article clearly requires all federal services being given to you in both official languages.

Evidently, the reason why federal services are offered in both official languages, it's because they have to satisfy all Canadians, even when they travel in another province. For example, if an English Canadian wants to fix a few things with his declaration of revenue while visiting Quebec, he doesn't expect Bill 101 to have precedence over the Official Languages Act in federal institutions.

Of course, the labour language is technically French within the boundaries of Quebec, but some reasonable limits apply. For instance, Duceppe should face the fact that federal institutions are not under the jurisdiction of Quebec's National Assembly. There might be federal institutions in Quebec, but they operate under the Official Languages Act and not Bill 101.

People might not notice that Duceppe violates, in a very simplistic way, the Official Languages Act, but they certainly will notice that he's just ready to bite any bone just to look good in public opinion.

Friday, October 19, 2007

Down With Mrs. Marois' Bill 195!

The Québec Identity Act (Bill 195) will just incite newcomers to leave. In short, the bill is just a document of unfair discrimination.

Pauline Marois, the leader of the Parti Québécois (PQ).

Presented in the National Assembly yesterday by Pauline Marois (photo), Bill 195 is supposed to "enable the Québec nation to express its identity" and "it establishes [a Quebecker] citizenship". It's mentioned that those who have been living in Quebec as Canadian citizens would receive de facto the "Quebecker citizenship".

Moreover, indications following the article 49 of the Civil Code of Quebec (1991, chapter 64) will be added. A newcomer will be granted the citizenship if he/she has "has effectively resided in Québec for six months, including the three months preceding the date of the person's application". Secondly, it's vaguely mentioned that an "appropriate knowledge of [...] French" is deemed necessary.

As Quebeckers, we expect newcomers to learn French. However, with this bill, Pauline Marois, the leader of the Parti Québécois (PQ), has displayed a terrible lack of judgement.

She didn't notice that she has just fished in the waters of Quebecker far-right ideologists in the likes of Guy Bouthillier. Strange though it might sound, Bouthillier once said that people who can't speak French (newcomers as well as people living in Quebec) shouldn't have the right to vote. On another note, the Bill 195 clearly stipulates that newcomers who can't speak French won't have the right to:

a. Run in municipal, school and legislative elections;

b. participate in the public funding of political parties; and

c. petition the National Assembly for the redress of grievances.

Whoever advised Mrs. Marois, we have to understand that new Quebeckers are far to be the main problem to Quebec's obvious incapacity to blend people into a mainstream culture. Secondly, the main flaw of the Québec Identity Act is its incapacity to determine what is an "appropriate knowledge of [...] French".

As a matter of fact, the question needs to be raised, because it reveals a contradiction in the mentality of certain French Quebeckers. In fact, while they absolutely want immigrants to learn French, some of them don't seem to be proud of who they are. In fact, many of them don't even have a basic mastery of French in writing and oral communication (I'm not talking about the joual, mind you!).

With that said, the Bill 195 is just a pure mockery to the principles of republicanism. By distinguishing people by the colour of their skin and also their ethnicity, it takes for granted that French Quebeckers are by default people who should have the "Quebecker citizenship". Evidently, speaking French as a primary language doesn't mean that you do speak and write it correctly. All in all, the Bill 195 will just create a vertical mosaic in which the top rungs are occupied by French Quebeckers, that is, those who speak their language well and above all, the remaining lazy pigs who don't give a good example to newcomers.

André Boisclair, the former leader of the PQ, couldn't defend Quebec's mainstream identity because of his advocacy of multiculturalism. On the other hand, Pauline Marois tries to defend it, but she seems to favour Quebec's dominant ethnic group. Without a doubt, Pauline Marois gives to the PQ an image of a party that advocates close-mindedness if you also think about her incapacity to speak English. However, there's worst: the PQ sullies the concept of republicanism. Shame on Mrs. Marois and the PQ!

While staying in Canada, Quebec doesn't need discriminatory laws. In fact, whoever has the Canadian citizenship automatically has the right to vote in a provincial election as long as he/she lives in that given province. Period. After all, how will Mrs. Marois react if we take away her right to vote in a federal election by saying that she can't speak English?

Monday, October 15, 2007

Mr. Chrétien Is Right

For the failure of the 1995 referendum, some Quebecker separatists should blame themselves.

Canada's former Prime Minister, Jean Chrétien, clearly said that had the "yes" side slightly won, he wouldn't have interpreted it as a willingness from Quebec to become an independent country back in 1995 because of the "twisted" referendum question. Besides being predictable, some Quebecker separatists' reaction is quite absurd. The Bloc Québécois's MP of Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, said: "In the end, saying that you don't recognize a yes means that you don't recognize Quebeckers, their right to self-determination and I think that it wouldn't make sense."

What doesn't make sense is Réal Ménard's and his fellow separatists' incapacity to recognize that the question asked in 1995 referendum was everything but clear. Obviously, let's leave aside the sponsorship scandal. For the failure of the 1995 referendum, some Quebecker separatists should blame themselves.

Indeed, the question on the ballot was: "Do you agree that Québec should become sovereign after having made a formal offer to Canada for a new economic and political partnership within the scope of the bill respecting the future of Québec and of the agreement signed on June 12, 1995?"

The question looks complicated. Nonetheless, let's focus on the keywords "formal offer to Canada". Back in 1995, if Quebecker separatists were damn sure that they could win, why did they come up with a question that, at the first look, doesn't ask Canada to immediately recognize Quebec as an independent country? Maybe it was because of the separatists' fear to lose the votes of "soft nationalists" (i.e. ambivalent Quebeckers). Still, it's needless to say that many people who voted "yes" thought that Quebec would get more power by staying within Canada.

Actually, as the late philosopher Laurent-Michel Vacher upheld it, the referendum question would trigger two events following a victory of the "yes" camp. Evidently, the first one being that Quebec should negotiate with the Canadian federal government for brokering an economic deal leading to Quebec's independence. Still, what's the point to invite Ottawa to negotiate, in the first place, if it doesn't even recognize the independence of Quebec?

Without a doubt, asking Canada the permission to leave the federation with "a formal offer" won't make the second event come, which means the recognition of Quebec's independence. In the end, separatists should understand that people don't vote "yes" to see Quebec's National Assembly negotiate with the Canadian government. Had the "yes" side won with 75% of the votes, Jean Chrétien, back in 1995, wouldn't make a mistake by refusing to negotiate with Quebec.

As a matter of fact, Quebecker separatists definitely have lessons to learn from Montenegro, a country that separated itself from Serbia on May 21, 2006. According to the Organization for Security and Co-operation in Europe (OSCE), the question was: "Do you want the Republic of Montenegro to be an independent state with a full international and legal personality?"

All in all, many Quebecker separatists (not all of them) are still too dumb to understand that the first step of a referendum consist in asking for the recognition of independence before the eyes of the international community. Then comes the negotiation on the transition of powers. Not the other way around, mind you! The threat for separatists rather comes from within their circle. Let's hope that in the upcoming years, Canadian federalism will be reformed to please to all of us.

Friday, October 12, 2007

Pour ou contre la laïcité républicaine?

Ceci est un débat sur la légitimité des accommodements religieux et de la place de la religion dans la sphère publique au Canada entre une amie du collège et moi. Évidemment, chaque candidat de ce débat aura le droit d'avoir une réplique que je publierai bien entendu dans un billet subséquent. Alors, mesdames et messieurs, je vous souhaite un bon débat et sentez vous libre de commencer par le texte que vous voulez en cliquant sur l'un des liens internes ci-dessous.




____________________


Les années 1960 n’ont malheureusement pas rendu le Canada laïc de par ses lois; c’est plutôt la majorité des gens qui ont un comportement laïc. Cela explique l’intrusion des religions dans les décisions de la Cour suprême canadienne. Simplement dit, voulez-vous une preuve plus éloquente qu’il n’existe aucune séparation entre notre État et les religions?

Eh bien, pourquoi le préambule de la Charte des droits et libertés stipule-t-il «que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit»? Que fait un crucifix et une bible au Parlement fédéral ainsi que dans des législatures provinciales? Trouvez-vous ça normal qu’on octroie des accommodements religieux?

Pour ma part, je pense viscéralement que le Canada a de bonnes raisons pour abolir définitivement la Loi sur le multiculturalisme, réformer la Constitution (ainsi que la Charte des droits et libertés) et institutionnaliser une laïcité républicaine comme celle de la France qui est définie par la Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État.

Avant de commencer, une simple question s’impose : que garantit la démocratie, de prime abord? C’est simple : l’égalité pour tous, bien entendu! A priori, les accommodements religieux semble très beaux, car ils donnent aux minorités religieuses le sentiment qu’elles sont égales à tous les autres citoyens.

Or, je tiens cette vérité pour évidente en elle-même : les accommodements religieux constituent une moquerie à l’égalitarisme dans une optique sémantique. Après tout, si les accommodements religieux protègent l’égalité, cela sous-entendrait qu’ils peuvent s’étendre à tous les citoyens. Or, ces traitements différenciés ne se limitent qu’aux minorités religieuses plus souvent qu'autrement. En revanche, dans d’autres situations, c’est la majorité chrétienne qui peut se faire accommoder en ce qui concerne le financement d’écoles à vocation religieuse dans certaines provinces.

Cela dit, nos magistrats ne veulent pas aller plus loin pour accommoder la majorité chrétienne et en plus, un athée (i.e. une personne qui n’a pas de religion) ne peut rien invoquer pour se faire accommoder! Autant dire que les accommodements religieux bafouent l’égalitarisme, car ce n’est pas tous les Canadiens qui ont eu une religion et ensuite, bon nombre d’entre nous ne pratiquons pas la bonne religion (dépendant des circonstances) pour que l’État nous fasse les yeux doux.

En gros, les accommodements religieux (dépendant des circonstances) favorisent certaines religions plus que d’autres dans la sphère publique et deuxièmement, ils excluent les athées, des gens qui n’ont aucune religion par définition. En d'autres mots, cela constitue une dérogation flagrante au principe de la neutralité étatique et «une prime en faveur des confessions ainsi reconnues» comme l'avait écrit le député Francis de Pressensé dans sa proposition de loi déposée à l'Assemblée nationale française le 7 avril 1903.

Sachant très bien que les religions sont là pour rester, je vous dis en toute honnêteté que je ne suis pas un jacobin qui vise à imposer l’athéisme ou à «faire la guerre» aux «Autres» en prônant une assimilation systématique sur la pointe d’un fusil. Pour reprendre les mots de l’historien français Alphonse Aulard (1840-1928), je crains «que ce sera bientôt [les religions] maîtresse[s] dans l’État esclave.»

Incroyable mais vrai, les accommodements religieux sont cautionnés par nos parlementaires ainsi que nos instances judiciaires. Si les Américains ont dit «no taxation without representation» pour obtenir leur indépendance face aux Anglais, moi je dit:«Aucun droit de légiférer sans aucune garantie d'uniformité judiciaire.» Conséquemment, tous les citoyens, quelle que soit la couleur de leur peau, leur religion et leur appartenance ethnique, doivent pouvoir se reconnaître à l'unisson dans toutes les décisions prises par le Parlement et nos instances judiciaires.

Évidemment, d'autres diront que la France ne reconnaît pas le droit de pratiquer une religion. N'importe quoi! D'après l'article 1 de la Loi de 1905 (comme le disent les Français), même si l'État français ne reconnaît et ne subventionne aucune communauté religieuse, «elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.» En plus, l'article 28 de cette loi prétendument raciste, aux dires de certains démagogues en faveur du multiculturalisme, stipule clairement qu'il «est interdit [...] d'élever ou d'apposer [un] signe ou [un] emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.»

Finalement, même si je suis un athée qui croit que le concept de religion est la meilleure farce de tous les temps, je reconnais tout de même à mes compatriotes le droit d'adhérer à une confession à certaines conditions. Évidemment, comme l'ont exprimé beaucoup de républicains français au début du siècle précédent, je veux tout simplement que la religion reste à l'intérieur de ses limites territoriales, car même si elle est une affaire de conscience, elle demeure par-dessus tout une affaire privée.

Anh Khoi


____________________


Ces temps-ci, il est bien difficile de feuilleter le journal sans tomber sur un article traitant des accommodements raisonnables, ou sur d’autres sujets y étant étroitement liés. Alors, je m’excuse à l’avance de vous en imposer un de plus mais, à la lecture de l’article « Au fond du baril » parue dans l’édition de La Presse du mercredi 26 septembre, j’ai éprouvé l’envie insatiable de crier mon désarroi.

Interdire à qui que ce soit de bricoler l’Oratoire Saint-Joseph est scandaleux (de même qu’interdire de bricoler n’importe quel bâtiment religieux sous prétexte qu’il est justement religieux! L’art étant forme d’expression; bon d’accord, c’est un bricolage de CPE… mais si on suit la logique, faut-il en conclure qu’il est même interdit d’en parler?). Franchement, de quoi a-t-on peur? Ce qui me fâche le plus dans cette question, c’est que l’intolérance naît de situations comme celle-ci.

Les gens en ont leur casque des accommodements déraisonnables, de l’hyperlaïcisation de nos lieux publics (ou plutôt de l’envoi de messages contradictoires en interdisant les constructions à caractère religieux, mais en permettant le voile aux institutrices, pour reprendre l’exemple de l’article) et autres niaiseries de ce genre. Ils en ont marre parce que cette institutrice est, et c’est peu dire, COMPLÈTEMENT À CÔTÉ DE LA TRAQUE! D’ailleurs, et c’est pourquoi je réagis, le gouvernement du Québec a choisi une approche tout à fait contraire à celle de cette travailleuse des centres de la petite enfance vis-à-vis le multiculturalisme, approche à mes yeux plus que positive. On peut lire dans son site Internet, que je vous conseil de consulter: «Les écoles québécoises offriront, à compter de 2008, un programme d’éthique et de culture religieuse aux élèves du primaire et du secondaire. Il remplacera les programmes d’enseignement religieux catholique et protestant et celui d’enseignement moral, jusqu’ici dispensés dans nos écoles.»

Voilà une façon intelligente de traiter du sujet. Démystifier les religions, parce qu’on ne trouvera aucune solution en s’en coupant, en se bouchant la bouche, les yeux et les oreilles puisqu’elles sont bien là (les religions) et pour y rester. Trouver un terrain de conversation neutre où l’on peut, à l’aide de la connaissance de l’autre, échanger nos points de vue. Enfin, comme c’est là tout l’avantage du multiculturalisme, s’en servir pour trouver les réponses aux questions éthiques que nous nous posons et qui nous interpellent. Finalement, en agissant comme l’a fait cette institutrice (une attitude qui, je persiste et signe, est bien loin de la réalité qui nous attend), on fait la guerre aux religions (toutes, incluant la nôtre), aux cultures, aux «autres», mais surtout à nous-mêmes en nous privant du meilleure et en ne gardant que le pire.

Émilie


Thursday, October 4, 2007

La conquête du Canada

Ceci est le dernier d'une série de trois textes révisés (avec les notes de bas de page en moins) et enrichis d’une recherche que j'ai faite sur la Guerre de la Conquête (1756-1763) dans le cadre du cours d’Histoire du Québec et des Amériques lorsque j’étudiais en sciences humaines au Collège Ahuntsic en 2006.

Conséquence de la conquête du Canada

Durant la Guerre de Sept Ans, «le gouvernement français, le 28 décembre 1758, avait prévu ce qui arriverait aux Canadiens en cas de défaite : ils subiraient les lois du vainqueurs» (Frégault, 1955:453). Par conséquent, cela veut dire que les Canadiens, qui fut jadis sous la tutelle coloniale des Français, passe sous celle des Britanniques. S’ajoute aussi à ce changement de régime une obligation de vivre de la même manière que les Britanniques. Quinze ans après la capitulation du marquis de Vaudreuil à Montréal, «le chef spirituel des Canadiens, Mgr Briand, écrit à un de ses administrés» pour expliquer cette transformation somme toute légère qu’ont subit les Canadiens après la conquête du Canada par les Britanniques:

On dit de moi, comme on dit de vous, que je suis anglais (sic)… Je suis Anglais, en effet; vous devez l’être; ils (les Canadiens) le doivent être eux aussi, puisqu’ils en ont fait le serment, et que toutes les lois naturelles, divines et humaines le leur commandent. Mais ni moi, ni vous, ni eux ne doivent (sic) être de la religion anglaise. Voilà les pauvres gens, ce qu’ils n’entendent pas; ils sont sous la domination anglaise, pour le civil. (Frégault, 1955:455)

Ce que Mgr Briand voulait dire lorsqu’il disait que les Canadiens ne devaient pas adopter «la religion anglaise», c’est qu’il exhortait ceux-ci à ne pas laisser s’en aller à vau-l’eau l’héritage culturel et linguistique de leurs ancêtres venus de la France. S'ajoutait aussi aux observations de Mgr Briand, une menace potentielle d’assimilation due à la présence britannique au Canada. Dans un cadre de vie qui est carrément déterminé principalement par des lois, une réalité et des institutions politiques britanniques, Frégault indique que «leurs générations (celles des Canadiens) se succèdent désormais dans un empire, dans un continent et dans un État britannique» qui sont dominés par la langue anglaise.

Conclusion

Comme l’avait remarqué Benjamin Franklin, un nationaliste américain opposé à la tutelle coloniale britannique, les Canadiens forment un groupe humain «brisé en tant que peuple» (Frégault, 1955:458). Si nous nous transportons de la Guerre de Sept Ans jusqu’à nos jours, nous remarquerons que les Canadiens descendants des Britanniques et des Français ont cohabité ensemble avec une certaine difficulté, certes.

Dans son roman Maria Chapdelaine publié en 1916, Louis Hémon décrivait les Québécois français, des gens qui ont «marqué un plan du continent nouveau, de Gaspé à Montréal, de Saint-Jean-d’Iberville à l’Ungava», comme étant «une race qui ne sait pas mourir» (bonjour, le nationalisme ethnique!). D’ailleurs, il ajoute ceci:

C’est pourquoi il faut rester dans la province où nos pères (les colons français) sont restés, et vivre comme ils ont vécu, pour obéir au commandement inexprimé qui s’est formé dans leurs cœurs, qui a passé dans les nôtres et que nous devrons transmettre à notre tour de nombreux enfants: Au pays de Québec rien ne doit mourir et rien ne doit changer…

En partant de la description d’Hémon, si la Guerre de Sept Ans est considérée comme étant une plaie dans la conscience de cette «race qui ne sait pas mourir», est-ce que cela veut dire qu’une sécession avec le Canada mettra un baume sur cette plaie du passé de ce peuple «brisé»? Conséquemment, bien des Québécois croiraient que le baume qui serait appliqué sur cette plaie historique, en l’occurrence de la Guerre de Sept Ans, peut se définir soit par une sécession qui permettrait au Québec de connaître une heure cathartique en ayant son siège «dans le concert des nations» (dixit Bernard Landry) ou bien par une réconciliation entre les Anglophones et les Francophones. En fin de compte, au fur et à mesure que le temps passe, espérons qu'un jour, nos enfants pourront réellement assister à une réconciliation entre les deux solitudes.

Dans la même série:
1. Vers les plaines d'Abraham



Bibliographie complète:
CASGRAIN, Henri-Raymond. Montcalm et Lévis, tome 1 de «Guerre du Canada – 1756-1760», L.-J. Demers & Frère, Québec, 1891, 564 p.

CONNELL, Brian. The Plains of Abraham, Hodder and Stoughton, Londres, 1959, 288 p.

FRÉGAULT, Guy. «La guerre de la conquête – 1754-1760», tome 9 de Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Fides, 1955, 514 p.

HÉBERT, Jean-Claude. Le siège de Québec en 1759, Ministère des Affaires culturelles du Québec, Québec, 1972, 131 p.

LAPIERRE, Laurier Lucien. 1759 – The Battle for Canada, McClelland & Stewart, Toronto, 1990, 305 p.

MOORE, Christopher. «Colonization and Conflict : New France and its Rivals – 1600-1760» dans The Illustrated History of Canada, Toronto, Key Porter Books, 2002, p. 96-180

PARKMAN, Francis. La prise de Québec et ses conséquences, [s.e], Québec, 1908, 233 p.

TRUDEL, Marcel. «Quand les Québécois pratiquaient l’esclavage» dans Mythes et réalités dans l’histoire du Québec, Bibliothèque québécoise, Québec, 2006, p. 189-208

Wednesday, October 3, 2007

Quelques arpents de neige

Ceci est le deuxième d'une série de trois textes révisés (avec les notes de bas de page en moins) et enrichis d’une recherche que j'ai faite sur la Guerre de la Conquête (1756-1763) dans le cadre du cours d’Histoire du Québec et des Amériques lorsque j’étudiais en sciences humaines au Collège Ahuntsic en 2006.

Capitulation française:

Évidemment, puisque la bataille des Plaines d’Abraham a mené à la prise de Québec par les troupes de la Grande-Bretagne, le dernier événement aura comme effet de causer l’événement qui «a jeté le Canada par terre» (Frégault, 1955). En effet, comme l’avait écrit l’historien américain Francis Parkman, le 8 septembre 1760, le marquis de Vaudreuil, le dernier gouverneur général du Canada français, signe un document de capitulation après avoir déclaré forfait à Montréal devant les troupes du général Jeffery Amherst. Vaudreuil avait tenté de reprendre la ville de Québec lors de la bataille de Sainte-Foy, mais son initiative se soldera par un échec.

En raison de ce document, Parkman mentionne que «le Canada et toutes ses dépendances passaient à la couronne britannique» (Parkman, 1908:165). Après la chute du Canada, les Canadiens, qui furent naguère sous la gouverne de la France, deviendront des sujets britanniques «sous un nouveau drapeau» alors que «les officiers militaires français, ainsi que tous les soldats qui purent être rassemblés[,] les principaux fonctionnaires civils de la colonie» et les principaux membres de la noblesse canadienne retournèrent en France, car ils n’étaient point intéressés à servir George III, le roi de la Grande-Bretagne, selon Parkman.

Cela serait très facile de dire que tous les Canadiens (les descendants des colons français) auraient dû retourner en France. Or, bon nombre d’entre eux resteront au Canada, car leurs racines familiales étaient déjà profondément ancrées sur ce territoire, tout comme leurs biens qui s'y trouvaient. À l’époque de la Nouvelle-France, les enfants (nés canadiens) des colons français, ainsi que les générations futures de Canadiens, verront de plus en plus la France comme un pays étranger bien qu’un nationalisme canadien n’aie pas encore poussé ses premiers balbutiements. Par conséquent, ces gens-là, qui vont éventuellement être désignés par les Britanniques et les Anglo-Canadiens comme des «Canadiens français» au tournant du 19e siècle, ne retourneront pas en France, pour la simple et bonne raison qu’aucun d’entre eux n’a le souvenir, du moins dans leur conscience individuelle, d’avoir traversé l’Atlantique. De plus, avant la conquête britannique, bien des Canadiens désignaient le Canada (ou plutôt la Nouvelle-France) comme étant leurs pays, malgré son statut de colonie.

En revenant sur la bataille militaire, Parkman ajoute que la capacité des Britanniques à affirmer leur contrôle militaire progressivement à l’intérieur de ce qui représentait territorialement le Canada va changer «[d]’un trait de plume […] la moitié d’un continent». En apprenant la nouvelle concernant la défaite des Français, John Mullen, le pasteur de la Seconde Église de Lancaster, prédit que l’Amérique sera «ouverte à la colonisation britannique» (Parkman, 1908:170). Cela explique la raison pour laquelle le continent nord-américain sera culturellement anglo-saxon en grande partie. En jetant un regard sur le passé, il est possible de comprendre pourquoi le Québec, en tant que province canadienne à culture majoritairement francophone, est entouré par des provinces majoritairement anglophones en plus de partager une frontière avec les États-Unis.

En revenant sur le traité de capitulation, Frégault ne fait aucune mention de l’article 47 du traité de capitulation. Dans le premier tome du livre Mythes et réalités dans l’histoire du Québec, l’historien Marcel Trudel cite cet article du traité de capitulation qui stipule que «[l]es Nègres et panis des deux Sexes resteront en Leur qualité d’Esclaves en la possession des françois et des Canadiens à qui ils appartiennent.» De plus, selon l’article 47, il sera loisible aux vaincus (les Français et les Canadiens) « de les garder à leur Service dans la Colonie, ou de les Vendre.» Après avoir lu l’article 47 (écrit par nul autre que Vaudreuil) du traité de capitulation signé le 8 septembre 1760 à Montréal, le général Jeffery Amherst répondit : «Accordé, Excepté ceux (les esclaves) qui auront été faits Prisonniers» (Trudel, 2006:196).

Fin de la guerre en 1763:

Pour le Secrétaire d’État des Affaires étrangères de France Étienne François, mieux connu sous le nom de duc de Choiseul, il ne fallait pas se faire d’illusion : «Puisque nous ne savons comment faire la guerre, dit-il, faisons la paix.» Les Français et les Britanniques tenteront d’établir un dialogue diplomatique qui sera décrit de cette manière par l’historien Guy Frégault (1955:444):

À la fin de l’été de 1762, le duc de Bedford arrive à Paris dans un équipage éblouissant. Il appose sa signature aux préliminaires de la paix le 3 novembre. […] Entrée en guerre au nom de la «sécurité de ses colonies», l’Angleterre a gagné son point, puisque la cession du Canada délivre ces lointaines colonies provinces de tout danger.

De plus, Frégault indique plus tard que la France perdra une bonne partie de ses territoires en Amérique du Nord en raison de cette guerre qui avait deux facettes, c’est-à-dire que «l’une [était] maritime [et] l’autre coloniale» (1955:445).

En Amérique du Nord, les Anglais s’enrichissent du Canada, d’une partie de la Louisiane, des pêcheries de Terre-Neuve et de celles du golfe Saint-Laurent; la France ne conserve que l’île Saint-Pierre – à laquelle s’ajoutera Miquelon – trop petite pour être colonisée. L’auteur (le duc de Bedford) conclut : «Dans l’ensemble, le traité nous procure tous les avantages commerciaux que nous ayons jamais revendiqués et nous confirme dans la possession de tout le commerce dont nos ennemis ont cherché à nous dépouiller. Notre empire américain s’agrandit au delà (sic) de nos espérances les plus flatteuses»…

Donc, en gros, l’événement qui est représenté sur la gravure basée sur un croquis d’Hervey Smith, l’aide de camp du général Wolfe, va mener inévitablement mener à la défaite de la France et par le fait même, la prise du Canada par les troupes britanniques. Bref, nous pouvons dire qu’en vertu du traité de Paris conclu le 10 février 1763, les Français seront forcés de se retirer de la Nouvelle-France et de céder les commandes de cette colonie aux Britanniques.

Prochain texte: Les effets de la capitulation françaises

Dans la même série:
1. En routes vers les plaines d'Abraham



Bibliographie partielle:

FRÉGAULT, Guy. «La guerre de la conquête – 1754-1760», tome 9 de Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Fides, 1955, 514 p.

PARKMAN, Francis. La prise de Québec et ses conséquences, [s.e], Québec, 1908, 233 p.

TRUDEL, Marcel. «Quand les Québécois pratiquaient l’esclavage» dans Mythes et réalités dans l’histoire du Québec, Bibliothèque québécoise, Québec, 2006, p. 189-208

Related Posts with Thumbnails

About This Blog

Lorem Ipsum

Subscriptions

  © Blogger templates Newspaper III by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP